Forbach – Politique Le duo Peyron-Bour mènera la liste Forbach Avenir aux municipales

Déjà en lice en 2008, Christian Peyron repart en campagne pour les municipales 2020. Le vétérinaire forbachois s’est allié à Raymond Bour, proviseur du lycée Blaise-Pascal après avoir dirigé Le Condorcet. Complémentaires, les deux hommes mèneront la liste Forbach Avenir.

« Cela fait un moment que j‘y pense », sourit Christian Peyron, 57 ans, en officialisant sa candidature aux municipales de 2020. La première raison qui le pousse à se présenter : « Le taux très important d’endettement de la ville, 37 millions d’euros, cela reste conséquent », assure le vétérinaire forbachois, las de voir Forbach stagner. « On a vraiment un problème d’autofinancement et d’investissements. »

Liste apolitique

Candidat malheureux en 2008, Christian Peyron retente l’aventure, avec un nouvel allié : Raymond Bour, 56 ans, proviseur du lycée Blaise-Pascal après avoir dirigé durant cinq ans le Condorcet de Schœneck. L’union entre les deux hommes s’est faite naturellement. « Quand on s’est rencontré, on s’est vite retrouvé au niveau des idées », expliquent les quinquagénaires, se présentant comme « des purs produits forbachois », très attachés à leur région natale.

A droite sur l’échiquier politique, Christian Peyron, RPR à l’époque de son mentor Bousch, a déjà quelques élections à son actif, (tête de liste aux municipales 2008, candidat aux cantonales 2011). Par contre son binôme est novice dans ce domaine. « Ma première participation active à une campagne a été celle des dernières législatives lors desquelles j’ai soutenu Christophe Arend », rappelle Raymond Bour, alors proche du mouvement En Marche.

Aujourd’hui, le duo ne veut d’aucune bannière. « Notre liste Forbach Avenir sera apolitique. Ce qui nous intéresse, c’est avant tout la compétence des uns et des autres. Elle rassemblera des gens de tendances diverses, mais aucun extrémiste des deux côtés », insiste Christian Peyron.

Deux hommes complémentaires

« Nous ne voulons pas d’opportunistes, renchérit Raymond Bour. Quant à nous, on ne part pas pour faire carrière, nous avons passé l’âge. » Leur projet pour Forbach, « nous le mènerons en toute complémentarité. Sans vendre du rêve. » Christian Peyron se présentant comme le gestionnaire de l’équipe, Raymond Bour étant plus sur les idées.

« Nous en avons assez que nos enfants forment une diaspora scolaire », regrette le proviseur. Leurs priorités : « L’emploi, l’économie, la formation. Développer vraiment le bilinguisme à l’école », martèle le duo, pour qui « il est clair que l’après mines n’est toujours pas bouclé. Malgré les efforts de l’agglo, la reconversion est au point mort. » Autres thèmes majeurs sur lesquels sera mis l’accent : l’écologie et le Sydeme, mais aussi la sécurité et la vie en société. « Toutes ces voitures qui brûlent, ce n’est plus possible. Nous n’oublions pas la redynamisation du cœur de ville, mais qui ne doit pas se faire au détriment des quartiers. »

Josette BRIOT